Humanisme Biologique

Je suis heureuse d’ouvrir ce blog et souhaite créer un lieu d’échanges ouvert aux idées, commentaires et partages.

Geste action pensée

L’humanisme biologique est notre potentiel à participer, à croître avec la valeur du vivant, du bios dans sa globalité. L’humain est en bout de chaîne, constitué du règne minéral, végétal, animal. Gaya nourrit et sait donner si l’homme se conduit dans la direction écologique, respectueuse avec amour et sans abus.

 J’ai souvent le regret de constater qu’à des fins de vendre telle ou telle « boîte » il se déploie des démarches marketing concernant les informations données autour des besoins, des apports, qui encouragent tout un chacun à porter son attention sur la vitamine idéale ou l’oméga incontournable et ainsi créer des adeptes, des experts de vit C D B12, oméga 3 6 9 . Les spécialistes du slogan je pense à l’industrie agro alimentaire et pharmaceutique qui trompent en faisant usage d’une parcelle de savoir scientifique pour diriger le consommateur vers un achat, une fidélisation et participe au culte de l’ignorance. Je souris et suis catastrophée de ce courant de sur information conduisant  vers un but marchand qui crétinise, rend vulnérable et divise.

Je dirais vive le foot ! Au moins, là, les actions sont réelles, observables et les échanges alimentent les partages non nocifs et drôles.

La force, l’émerveillement le cœur bat, les fonctions spontanées respiration, digestion, circulation sanguine, sommeil… sont autonomes.
Si nos choix alimentaires sont mauvais, nous compliquons le fonctionnement de l’organisme. Le corps s’adapte au mieux même en situation de crise, il lutte, répare dans l’urgence, souvent se détraque perd son énergie vitale.
Le bon sens être en harmonie avec le vivant. L’alimentation répond aux besoins élémentaires, elle doit être organique, vivante, non polluée, de proximité, raisonnée, raisonnable. Merci aux paysans qui cultivent le bio, œuvrent sur une terre saine. J’ai toujours des pensées émues pour Monsieur Pierre Rabhi qui a conduit sa vie dans l’éthique du vivant, du vital avec bienveillance, sagesse et humanisme.

Se nourrir c’est être curieux, échanger, partager, discuter avec les producteurs, les maraîchers. Nous sommes tous connaissant et  avons besoin des uns et des autres dans la direction  du bio, du vivant, les nouvelles générations ont besoin d’hériter d’une terre saine.

Se nourrir, c’est vivre sa vie et penser sa vie.